Trio Medici

Dans ses Six Grands Trios concertants pour pianoforte, violon et violoncelle op. 101, publiés en 1824, Reicha ambitionne de « marier les trois instruments de manière à ce qu’ils n’en fassent, pour ainsi dire, qu’un seul, et dans cette réunion de rendre intéressant chacune d’eux autant que possible ». Il prend ses distances avec le classicisme viennois sans être emporté par le tumulte d’un romantisme exacerbé. Ce goût de l’équilibre se retrouve dans le lyrisme tamisé du Trio n° 4 « Sérénade » de Reber, composé vers 1862. Dans le deuxième mouvement auquel l’œuvre doit son nom, comme dans les autres volets, les instruments chantent en combinant la vitalité rythmique à l’élégance des lignes.

Henri REBER: Trio op. 25 No. 4 “Sérénade” in D major
Antoine REICHA: Trio for violin, cello and piano in D minor op. 101 No. 2