MÉLODIES
DE CHARLES GOUNOD

Bru Zane Classical Radio diffuse dimanche 5 août à 21h des mélodies de Charles Gounod (1818-1893).

Tassis Christoyannis baryton
Jeff Cohen piano

Ma Belle Amie est morte – texte de Théophile Gautier
Prière – texte de Sully Prudhomme
Medjé – texte de Jules Barbier
Le Souvenir – texte de Joseph Collin
Ce que je suis sans toi – texte de Louis de Peyre
La Chanson du pêcheur – texte de Théophile Gautier
Heureux sera le jour – texte de Pierre de Ronsard
Tombez, mes ailes ! – texte d’Ernest-Wilfrid Legouvé
Je ne puis espérer – texte d’Albert Delpit
Ô ma belle rebelle – texte de Jean-Antoine de Baïf
Primavera – texte de Théophile Gautier
Combien de ceux ! – texte de Pietro Metastasio
Venise – texte d’Alfred de Musset
Si vous n’ouvrez votre fenêtre – texte d’Alexandre Dumas fils
Sérénade – texte de Victor Hugo
Où voulez-vous aller ? – texte de Théophile Gautier
Aubade – texte de Victor Hugo
Le Banc de pierre – texte de Paul de Choudens
Au printemps – texte de Jules Barbier
À une jeune Grecque – texte de Sapho
Vierge d’Athènes – texte de Lord Byron
Bonne nuit – texte de Percy Bysshe Shelley
Dors, bel enfant – texte de George Wither
Départ – texte d’Émile Augier

Gounod a publié près de cent cinquante mélodies ; fait assez remarquable, près d’un tiers ont été écrites en anglais (lors de ses années londoniennes – de l’automne 1870 au printemps 1874 – mais aussi après le retour en France), une quinzaine en italien, quelques-unes en espagnol et en allemand. Peu sont d’un intérêt médiocre, sans doute parce que le genre était, par l’intimité de son expression, le terrain d’élection de son génie. En outre, il a souvent choisi de bons poètes : Hugo, Musset, Gautier, Lamartine jusqu’à Racine, La Fontaine, Baïf ou Ronsard. Enfin, et surtout, il leur a rendu justice grâce à une légèreté de touche qui exalte les vers sans s’appesantir et conserve la souplesse de la langue.